Ma femme a enfermé ma bite dans une cage de chasteté et elle m’encule au gode ceinture

Le port d’une cage de chasteté  durant  une année entiere  avait été plus difficile à supporter que je ne l’avais prévu. J’etais reticent quand  ma femme ma’a dit qu’elle voulait me faire porter pendant un an cette cage pour montrer mon dévouement pour elle, elle a réussit à me convaincre que ce n’etait pas si terrible que ça. Je ne savais pas que je pourrais me sentir  frustré jusqu’aux larmes. «Je veux vraiment que tu le fasses, » avait-elle dit. « Je veux la preuve que tu es loyal et fidele  . Si tuvux rester avec moi  je dois etre la maîtresse, je veux savoir si tu accepteras dêtre dominé pendant une longue période sans interruption. » « Tu veux dire que tu veux me tester, »  «Oui c’est cela . Je veux que tu t’engages  à être mon esclave? Sais tu vraiment si tu tiendras la distance, si tu ne te lasseras pas ? Parce que je ne veux plus  de toi si tu n’es pas mon esclave, voila pourquoi ous allons essayer d’être sérieux au sujet de la chose, je veux savoir si  ça va fonctionner. Alors oui, je veux te  tester.  »

 

« Je comprends ton point de vue . Mais une année entière? Je veux dire, c’est vrai que c’est excitant d’une certaine facon , mais … » « Cheri, ce ser tout aussi pour moi de savoir ta bite est enfermée dans un cage et que c’est moi qui en ait la clef. » Elle m’a fait un  sourire narquois et j’ai senti l’excitation me chauffer le ventre. Je pense qu’elle sait qu’elle a cet effet sur moi. «J’en  jouis d’avance , ajouta t’elle,, j’aime  imaginer  à quel point de  frustration cela t’amenera . Je veux que , même lorsque nous sommes séparés, tu es mon esclave et que tu souffres pour moi.  » Elle se tourna vers moi pour voir si ces paroles m’avaient suffisamment excité.
 

 
« Et si la cage de chasteté ne fonctionne vraiment pas comme ils disent? Je veux dire, est-ce vraiment possible de la porter si longtemps? »Demandai-je nerveusement.  «J’aurai la clé, cheri. Si il faut l’enlever, nous le pourronsons. Mais je veux vraiment  que tu la portes toute l’année. » Nous  en avons discuté pendant quelques semaines. Elle fait en sorte que sente  a quel point elle etait excitée par cette idée . Finalement, hesitant, le lui dis d’accord . Des ce sor la , elle a verrouillé ma bite dans la cage. C’etait une semaine après son anniversaire.

 

C’etait tres excitant d’avoir ma bite encagée ,  de savoir que je ne pouvais pas me libérer,  et que j’allais être privé de ma virilité pendant douze longs mois. La peur se melait d’excitation  mes fantasmes et  a ma nervosité de sentire mon sexe emprisonné. Ce soir-là, elle a joué avec moi, et la frustration a ajouté à notre desir . Elle a été très douce, me caressant  ici et là, et je l’ai pelotée et lui ai sucé la chatte et les tetons ? Cétait frustrant de ne pas pouvoir se faire branler  mais c’etait le genre de frustration qui peut être amusant dans la soumission. « Ce n’est pas si difficle , »  pensais je, « C’est meme  une espec de plaisir. Une année c’est une longue période, mais au moins je sais que ca a une fin. »

 

Au cours dessemaines suivantes , la frustration a cessé d’être aussi amusante, mais ca a quand meme ete supportable . Mes désirs, contrecarrés, ont diminué, ce qui a rendu la ceinture de chasteté plus facile à supporter. Je me suis habitué à me laver avec , en réussissant à  rester propre. Je me suis habitué à la façon dont ja la  dans mon pantalon et lentement, tres lentement, j’ai commencé à l’oublier . Je me suis habitué à m’asseoir pour faire pipi. Et je me suis habitué à voir la cage de chasteté sur ma bite quand je me regardais dans le mirroir.
 

 

 

Je me suis presque convaincu que je vraiment ne me dérangeait . Je me suis presque convaincu que  toucher et sucer sa chatte me suffisait . Presque. Après un mois, j’ai commencé a me sentir devenir fou. «Je ne suis pas sûr que je peux supporter ça, cherie . » « Oh, c’est vraiment si difficile ? Tu as bien eu des periodes sans sexe avant, non ? » « Eh bien oui, mais je ne pouvais me branler alors. » « Prends cela comme un défi. Essaies de maîtriser tes désirs. Fais-le pour moi, chéri.  S’il tes plaît » Je déglutis. «Je pense que je peux essayer un peu plus longtemps, mais cela commence à me rendre fou! » Après trois mois, j’etais un peu irritable. J’etais   constamment en train d’essayer d’imaginer commentje pouvais obtenir ne serait ce qu’ un peu de stimulation pour ma bite . J’etais sûr que le moindre contact me ferait gicler et me libererait .

 

« Cheri, je ne veux vraiment pas te liberer encor encore, mais il est injuste tu fasses tout cela pour moi et que moi je ne fasse rien . Que dirais tu de te faire enculer ? » Desepéré , je lui ai dit: «Oui, vas y cherie baise moil cul! » « D’accord , mais je veux t’entendre me supplier de te sodomiser. » La demi-heure suivante fut assez humiliante pour moi. J’etais incroyablement excité quand elle a commencé à me lubrifier le trou du cul ! Et quand elle a commencé à pousser le gode dans mon rectum j’étais au paradis ! Elle m’a baisé a fond … et j’etais de plus en plus excité . Mais jamais libéré. Ma bite blessée , pressée  contre l’acier de la cage incapable de rester en erection. La douleur ss’est ajouté au aux sensations du gode ceinture qui me ravageait l’anus. Finalement, fatiguée elle s’est arrêtée en  souriant .  Je hurlais  de frustration en pleurs. Je me suis calmé et j’ai  réussi à dormir. Et un mois et demi plus tard, desespéré, même si je savais que cela me laisserait pleurant de frustration encore, je la suppliai me baiser dans le cul une nouvelle fois. Et encore une fois je me suis envolé vers des sensations extremes , avant de m’écraser à nouveau, en pleurant de frustration. Elle m’a avit  imposé quelques nouvelles règles pendant avant d’accepter de m’enculer , de petites choses pour rendre nos rôles de maîtresse et d’esclave un peu plus formelle, et j’avais accepté . Notre relation devenait un peu plus intense.

 

La fois suivante ou je la supliai de me baiser, elle avait  refusé. Elle m’a fait attendre une semaine  , j’etais prêt à mendier pour sentir son gode ceinture s’enfoncer dans mon ctum. Oh, je pux toujours la peoter, pour profiter de ses cris et gémissements de plaisir tandis que je leche sa chatte et suce son clitoris. Et elle se sert de sa cravache quand le désir m’emporte et que je suis un peu trop enthousiaste, un  peu trop brutal , ou que je vais trop vite. Finalement, elle m’a demandé de porter un collier de chien pendant une semaine.. J’étais choqué. J’étais effrayé. Mais je l’ai dit oui, et elle m’a baisé dans le cul. Ce lundi, je suis allé  au bureau avec mon collier. Peu de temps après elle a ajouté une medaille au collier  gravée  «propriété de … ».
 

 
«Cherie , je ne pense pas ca puisse continuer plus longtemps ! Je deviens fou, je suis tellement frustré, je veux dire parfois c’est tellement intense et passionnant, mais quand  je commence à être excité  je ne paux bander et ca devient frustrant à nouveau. Je t’aime et j’aime être dominé par toi et j’aime  sentir ma bite prise au piège et je l’aime même la frustration, mais je ne suis pas sûr que je suis assez fort pour tout ca ». « Oh, mais tu n’as pass besoin d’etre fort, mon chéri. Le verrou est là pour cela. » Elle sourit doucement et caressa mon visage si tendrement que je me suis calmé . «Je veux vraiment que tu fasses ça pour moi. Pense-tu  y arriver ? » « Oui, cherie  » ai je dit, beaucoup plus calme, «Je pense que je peux. S’il te plaît pardonnes-moi … ma faiblesse. » « Oh, chéri, je sais que c’est pas facile. Mais c’ est pas censé être facile. Savoir que c’ est difficile pour toi, savoir  que tu souffres me fait mouiller . » Je déglutis et elle a continué. « En fait, je suis très heureuse maintenant, et je pense que je veux baiser à nouveau ton petit cul de lopette. »

 

Les choses ont changé un peu après. Au lieu de me faire attendre jusqu’à ce que je sois  prêt à mendier pour me faire enculer  elle a commencé à me baiser dans le cul le plus souvent selon son caprice. Je n’ai pas eu à mendier, et à certains égards,  la frustration a été un peu plus facile à supporter, mais d’un autre coté , c’etait aussi plus difficile, parce que me  faire baiser defoncer l’anus me mettait dans une folle excitation. Je pense qu’elle savait exactement ce qu’elle faisait.

 

De nouvelles règles … J’étais son jouet sexuel, à utiliser  quand elle voulait, peu importe mon humeur  si j’étais fatigué.  Finalement, je commencé à sentir que je n’avais plus aucun droit à mon propre corps. Ce fut à la fois effrayant et fantastique. Et la frustration a continué. Au cours des derniers mois, je me suis un peu habitué . Je suis mieux à  a meme de faire avec frustration. Le mois dernier elle a enlevé la clé de sa cachette et a commencé à la porter autour de son cou. », L’année est presque terminée  » disait-elle, « et il semble que tu as réussi le test. Es tu heureux de savoir que tu as le droit dêtre mon esclave, et que je t’autorise a rester avec moi? » Oui oui, oh oui je suis content Mais oh, comment j’attend avec impatience le jour où ce dispositif infernal sera retiré de ma bite et ou je pourrai s avoir  un orgasme . Comme j’avis envie d’enfoncer ma queue dans sa chatte chaude . Je pouvais me permettre de me laisser aller a ces pensées, maintenant que le moment de ma libération était en vue.  Alors oui, porter la ceinture de chasteté durant r une année avait été beaucoup plus difficile que je ne l’avais imaginé, mais j’avais survécu. J’avais tenu pendant un an, je l’avais passé son test, je  avis prouvé que je pouvais supporter un tel tourment.
 

 
Et ce soir, une semaine après son anniversaire, ca afit un an. Elle m’a conduit à notre chambre, allumé plusieurs bougies, et m’a attaché au lit. Il y avait un  bol de glaçons sur la table de chevet, à côté de serviettes soigneusement plié. Un verre de quelque chose sur la commode avec une plaque reposant sur le dessus de celui-ci. Elle s’est mise puis s’est assise sur mon visage. « Mange moi. » Quand a eu assez , elle s’est t assise à califourchon sur mon ventre, caressant distraitement mes mamelons. « tu a reussi ,» dit-elle. « Ça fait un an. » « Oui. » « Tu veux continuer à être mon esclave après cela? » « Oui, cheriJ’étais excité comme jamais.

 

Elle sourit, ce délicieux sourire lent, et dit: «Bon. Parce que je veux te garder! Je ne veux pas que ce soit un jeu. Nous avons joué très serieusement , mais nous avons tous deux su qu’il y avait un temps limite. maintenant, je sais que tu peux gérer ce genre d’intensité pendant une longue période. Est-ce que tu veux continuer  a etre en permanence comme mon esclave? «  »Oui,  cherie, tout ce que tu veux ! Je suis à toi! »

 

Elle a commencé à respirer plus fort et a transpirer un peu. «Je veux que ce soit vrai. Je veux que tu portes un tatouage disant que tu es mon esclave.. Et je veux savoir que Je peux continuer à  t’utiliser chaque fois que je veux, a te  punir quand je veux, même à t’enfermer la bite quand je veux, à partir de maintenant « . Mon cœur battait. J’ai eu peur de faire une soumission sans limite de temps. « Oui, Cherie . Jaccepte . Jele  veux aussi » Elle m’a embrassé passionnément,  elle se frottait contre ma cage de chasteté. « Tu es à moi! » Elle s’est penchée en arriere eta  caressé mes cuisses, puis elle s’est penchée pour lécher mes mamelons, la clé de la cage  contre ma poitrine. Je haletai, je gémis. Enfin, elle a arrêté, pris la clé, et dit: «Eh bien, il est temps de te liberer, non? » Je la regardais avidement. Elle a enlevé la chaîne de son cou. Elle a enlevé la clé de la chaîne. Elle est allée prendre le  verre  sur la commode  « Un toast, » dit-elle, « au succes de ton test! » Elle leva le verre, et la clé. Et elle a laissé tomber la clé dans le verre, où elle s’est dissoute. J’ai cru que mon coeur s’arretait . Elle m’a regardé en souriant , comme je restai incrédule ellea ajouté «J’ai un fer à souder dans la table de chevet. Je vais remplir le trou de la serrure avec de la soudure. Tu es à moi pour toujours, mon amour. »

1439
-
Videos relatives